Vendredi 27 avril 2012 — Dernier ajout vendredi 11 mai 2012

Utilisation de Photoscan/QGIS pour la genèse de MNT haute définition

Voici un test simple, qui sera appliqué de manière plus productive cette année sur la fouille programmée (essentiellement mésolithique, avec sépultures) de la Haute-Île(93) sous la direction de Gabrielle Bosset (Université de Paris I).

Le but de ce test est d’obtenir le MNT du « fond de fouille ». La même méthode sera appliquée pour le sommet du paléosol qui fait l’objet de la fouille, ceci afin de permettre ensuite le calcul automatique de la profondeur des pièces.

Donc ici nous avions 8 photos, pas idéalement positionnées mais suffisamment pour un test.

Donc :

1 - Dans Photoscan : import des photos,

2 - Dans Photoscan : calcul du modèle 3D,

3 - Dans Photoscan : géoréférencement à l’aide de 4 points (facile il y a un carroyage), (Ici pas de projection, on reste dans un repère arbitraire)

4 - Dans Photoscan : export du fichier de point géoréférencé,

5 - Dans Photoscan : calcul des textures + export d’une orthophoto (geotiff),

6 - Dans QGIS : calcul du MNT à partir des points (on peut faire bien mieux dans GRASS et on peut exporter directement un MNT depuis photoscan),

7 - Dans QGIS : visualisation / confrontation des résultats avec les données géoréférencées du site (notamment tachéo)

Conclusion : les données sont conformes (dans les marges d’erreurs acceptables) aux données tachéo. La réalisation de MNT par photogrammétrie est plus rapide et plus précise. Les fouilleurs seront contents de ne pas avoir à prendre ce genre de mesure… A noter qu’il peut être utile parfois d’exclure certaines séries de points : les blocs de pierres en relief ne vont pas représenter le niveau supérieur du paléosol.

Documents à télécharger